« Bien manger, c’est le début du bonheur » – bienvenu au paradis !

Franck Gaudillière
Instagram: franck_planete

Le Kosovo et Monténégro ont partagé une histoire commune et dont une en particulier, l’invasion des Ottomans pendant environ 5 siècles et çà a laissé des traces, des saveurs et des mélanges de genre notamment dans les assiettes. Un véritable creuset d’influences entre savoir-faire et savoir-vivre de pays d’Ex-Yougoslavie et de l’empire ottoman.

« L’art culinaire regroupe, sous forme artistique, les principes appliqués à la cuisine. La présentation, le choix d’aliments particuliers ou bien la sélection de couverts stylisés sont tous des éléments qui définissent l’art culinaire. »

Si vous voulez voyager en mangeant, vous fermez les yeux et en un coup de fourchette vous vous retrouvez entre le sud-est de l’Europe, les Balkans et au nord –ouest de l’Asie mineure, un pied en Europe, un pied en Orient et je dois avouer que c’est un mariage international plutôt réussi. Quand vous irez dans cette région du monde au Kosovo et Monténégro vous retrouverez ce qu’on a « légèrement » perdu nous en France, vous retrouverez l’art de manger, vous retrouverez l’art de partager du temps ensemble autour de la table remplie de plats différents et variés, plats froids plats chauds, plats épicés ou pas, plats végétariens légers ou plats de viandes savoureuses, tout le monde pioche un peu dans chaque plat pour remplir son assiette et manger à son rythme, un réel moment de partage.

A table tout le monde et préparez vos papilles à recevoir la saveur du « fait-maison » du miel, de lait, de yaourtes, de fromages, de viandes, de rakia, de vin, de truites et de pleins d’autres choses, un plaisir pour les yeux, un délice pour les amoureux des bons petits plats.

Mélange de genres : comment en est-on arrivé à ce mélange ?

L’histoire représente un ensemble d’évènements et d’actions passés et permet d’expliquer et surtout de mieux comprendre le présent. En goûtant la cuisine de cette région du monde on goûte par la même occasion à l’histoire de cette contrée et on comprend mieux pourquoi on a telle ou telle chose dans l’assiette, sans parler de « comment » on consomme ce qu’on a dans l’assiette. Un passé de guerres et d’invasions a formé ces pays d’un point de vue ethnique, d’un point de vue politique et culinaires entres autres ; deux civilisations sont rentrées en collisions avec deux religions distinctes, deux peuples avec leurs lots de différences et d’habitudes : j’appelle çà une synergie bien réussie. Un repas m’avait marqué particulièrement, c’était dans un restaurant qui s’appelle Natyra, juste placé au pied des Montagnes Maudites ; sur la table il y avait du vin, de la bière, du poisson, de la viande, des légumes crus et cuits, du salé, du sacré, comme si un échantillon de toutes les variantes de cuisines s’étaient retrouvées d’un coup d’un seul sur la table pour nous montrer de quoi ils sont capables dans la région à nous touristes, à nous les invités. Sa particularité est qu’il est la seule construction sur des kilomètres et qu’ils élèvent leurs truites en bassin juste à côté du restaurant, avec un produit frais de base et quelques savoir-faire en cuisine avec les bons aromates, repas réussi garanti ! Quelques repères culinaires – géographiques : les baklavas (douceur de dessert au miel) d’origine Ottomane, le Burek (boulette de viande assaisonnée) d’origine Slave, les Sarmis (fromage ou légumes enveloppés dans des feuilles de vignes (origine disputée), le caviar d’aubergines, origine méditerranéenne.

Natyra Meal, Decan, Kosovo, Photo de Franck Gaudillière

Hospitalité (à la Kosovare et Monténégrine) : L’art d’accueillir des gens avec de quoi les restaurer

L’hospitalité ne saute pas yeux lorsqu’on se retrouve dans ces pays, cela tient peut-être au fait de la barrière de la langue, ceci dit une fois en contact avec des locaux c’est là que se révèle l’hospitalité dans toute sa splendeur et en ce qui me concerne leur accueil était à la hauteur de ce que je pouvais attendre de locaux accueillant un voyageur. L’hospitalité c’est l’art d’aider les gens en difficulté ; transposé ici dans ce contexte de voyage et de tourisme, c’est l’art de bien s’occuper du nouvel arrivé, de l’étranger que nous sommes en arrivant chez eux. Il n’est donc pas rare de s’assoir autour d’une table basse en général et de la voir se remplir tout doucement de plats de poivrons coupés en lamelles avec viandes séchées ressemblant à la viande de grison, du fromage en semoule en général très salé aussi. A Deçan au Kosovo il y a cette famille Zejnete Vulaj qui fabrique du fromage entre autres, ils passent 3 mois en montagnes et fabrique leur fromage là-haut puis le propose aux randonneurs lorsqu’ils passent par là… n’hésitez pas à passer par là. Sinon il y a le  Swiss Sufi Temple “Alijjei – HalvetijeXhaferije” qui offrira l’hospitalité si besoin, avec tout ce que cela comprend : un toit, un lit et de quoi manger et boire, rakia, café à manger. Essayer sans abuser de leur gentillesse et vous sentirez la chaleur de l’hospitalité signé Kosovo – Monténégro.

Habitudes culinaires locales

Laissez vos habitudes françaises à la maison et essayez de vous adapter aux uses et coutumes locaux, profitez-en ! Après tout, vous êtes dans une région du monde qui n’est pas si proche géographiquement de l’Europe de l’ouest. Commençons par les heures de repas… le matin reste le matin, vous vous levez vous petit-déjeunez, là vous avez l’option salée qui n’est pas vraiment répandue en France – sucré et – ou salé à vous de voir. Un café venant avec un verre d’eau vous attendra fumant alors que croissant côtoieront fromages très salés, omelettes, salade de tomates à l’huile d’olive, crêpes… bref çà part dans tous les sens avec pleins de saveurs, c’est copieux et en plus c’est fameux ! Le déjeuner n’a rien à envier au petit-déjeuner puisqu’il peut être abondant aussi, on pourrait croire qu’il s’agit d’un jeu où le but est de remplir le moindre centimètre carré de la table de petits plats, chauds et froids et picorer en compagnie d’amis de familles ou d’invités. Le soir est un « repeat » du midi avec les mêmes plats. Les tablées sont hautes en couleurs, sont appétissantes et les plats variés entre viande poissons et légumes alors bon appétit tout le monde !

Kula Redzepagica, Plav, Monténégro, Photo de Igor Stojovic

Savoir-faire artisanal, sain et traditionnel

Quand on voit ce que les gens savent encore faire de leurs mains ici, on se voit faire un bond en arrière dans un passé qu’a connu nos grands-parents et on en redemande ! Le traditionnel, l’authentique, l’unique, le fait-maison est tellement bon ! Encore beaucoup de gens produisent eux-mêmes les yaourts, les fromages, le pain, les saucisses et tout çà avec des ingrédients récoltés ou aussi « fait-maison ». Avez-vous déjà goûté un yaourt ou un fromage faits à la main des ingrédients naturels ? Un pur délice et rien que çà pourrait constituer une attraction en soi. A visiter le moulin de Old mill à Isniq, Kosovo pour voir et comprendre comment était fait la farine et comment elle l’est toujours car il est toujours en action. Un autre savoir-faire de luxe, celui du miel de luxe, ce miel Aldi Honey avec leurs 600 ruches produisent un miel certifié de haute qualité (la plus haute du pays) de thym, d’accacia, de sauge et pleins d’autres encore, un véritable médicament sucré, des arômes incroyables, avec ce miel on est dans le bon et dans l’authentique. Il se déguste à tous temps de la journée, on le proose aux invités qui le dégustent à force de grandes cuillérées.

Coupe de miel; Decan, Kosovo, Photo de Tadeja L. Colnar

Evènements et lieux autour du culinaire

A tous les fans de petits fruits sauvages, ne manquez pas le festival de la myrtille en juillet, il est aussi bien connu au Kosovo qu’au Monténégro et rassemble les familles autour de cette cueillette traditionnelle. La myrtille devient confiture ou tarte ou coulis, dans tous les cas c’est un délice !

Le « Kula Hoping », comprendre « la balade de Kula en Kula » donnera naissance à un marché de jour et nocturne dans ce petit village appelé Decan, avec la KullaOsdautaj et vous y retrouverez des producteurs locaux et familiaux de miel, de vin, de rakia et pleins d’autres choses encore – quand l’appétit va tout va comme on dit, donc je peux dire que vous aurez le moral au beau fixe avec toutes ces bonnes choses à découvrir et à goûter.

Le jardin botanique de Plav, Monténégro Velemun vous fera rencontrer un monsieur très passionné par la faune et surtout la flore de ses montagnes et de ses produits artisanaux comme le rakia, la liqueur d’horties, de framboise, encore une fois, un délice car les explications, la passion et le goût se mélangent pour donner un moment riche.

Enfin à visiter aussi, le Stone Castle à Decan Kosovo est un Kulla du domaine appartenant à Rustam Getzi, le deuxième producteur de vin du pays.

Velemun rakija, Monténégro, Photo de Franck Gaudillière

Voilà vous l’avez compris on y mange de tout et tout est bon en plus, bien sûre cela dépend des goûts de tous mais en règle général on se plaît bien à manger les spécialités locales. Dans la région des Montagnes Maudites vous offrira des montagnes à gravir lors de belles randonnées qui vous donneront de quoi vous restaurer avec plaisir, un bon repas accompagné d’une bière, Peja pour le Kosovo et Niksicko pour le Monténégro, ou de vin du Monténégro (ce pays compte le plus grand domaine de vigne d’un seul bloc). Vous trouverez facilement viande et poissons et pour les végétariens, le fait que les plats soient nombreux sur la table et que l’on pioche dedans pour remplir sa propre assiette donnera une dimension charmante à chacun des repas. La France a une grande culture culinaire et si vous êtes un minimum amoureux de l’art de la table, vous donnerez tout le sens à la phrase : « bien manger c’est le début du bonheur » et c’est au Kosovo et Monténégro que çà se passe.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *